Cinéma : Et Lincoln fit abolir l’esclavage…

cinema-lincoln-spielberg

Le dernier film de Steven Spielberg s’attaque à un moment fort de l’histoire des États-Unis, le combat d’Abraham Lincoln pour l’abolition de l’esclavage.

Les cinémas Gaumont-Pathé, propose cette semaine, un Festival des Avants Première, permettant de voir des films une, deux ou trois semaines avant les autres, l’occasion d’aller voir le « Lincoln » de Steven Spielberg, déjà favori pour les prochains Oscars (12 nominations).

Le film ne revient pas sur la vie du 16e président américain dans son intégralité, mais se penche sur les derniers mois de sa vie, au début de son second mandat, au début de l’année 1865. Plus précisément sur le combat de Lincoln pour mettre un terme à la Guerre de Sécession, qui dure depuis 4 ans et surtout sur sa lutte pour faire voter le 13e Amendement à la Constitution Américaine, qui prévoit l’abolition de l’esclavage.

Parfois long (le film dure près de 2h30), certaines scènes méritant notamment d’être raccourcies ou supprimées, le film n’en est pas moins excellent, grâce notamment à ses scènes de débats à la Chambre des Représentants des États-Unis, opposant les républicains pro-abolitionnistes (proches de Lincoln) et les démocrates opposés au vote du 13e Amendement, qui donnent lieu à des échanges piquants entre les deux camps.

Autre point fort de ce film, les acteurs :
Daniel Day-Lewis est magistral dans le rôle du Président Lincoln, faisant preuve, à la fois de charisme, d’humour, de poigne et de sensibilité.
Sally Field surprenante en Première Dame proche de la folie
Tommy Lee Jones est excellent dans le rôle de Thaddeus Stevens, leader des radicaux-républicains, favorable à l’égalité pour tous (hommes, femmes, blancs, noir, riches, pauvres…)
Joseph Gordon-Levitt, qui marque le film de sa présence avec un petit rôle (celui du fils ainé d’Abraham Lincoln).

« Lincoln » est donc un film à voir pour sa qualité et sa portée historique ! Quand on pense que près de 150 ans après, les démocrates, alors fervents opposants de l’abolition, allaient élire le premier président noir de l’histoire des États-Unis… Ca fait réfléchir !

Allez, ce soir, place à Hitchock (avec un article à suivre!)…

Commenter cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *